Jazz In Yverdon

Suite No.11

1984

Yverdon, 23 février 1984

Concert

Oliver Jackson Quintet
with

Oliver Jackson, dm - Arnett Cobb, ts - Irving Stokes, tp - Claude Black, p - Ali Jackson, b

Pour un unique concert en Suisse, Jazz in Yverdon proposait THE JAZZ GREATEST QUINTET. Un groupement fort homogène réunissant trois vieilles connaissances des habitués des concerts de la capitale du Nord vaudois: Arnett Cobb au ténor, Irving Stokes à la trompette et Oliver Jackson à la batterie. Epaulés par deux nouveaux venus, qui faisaient leur apparition pour la première fois à Yverdon: le pianiste Claude Black, qui n'avait effectué qu'un court séjour en Europe en 1981, aux côtès d'Al Grey, et le bassiste Ali Jackson, le propre frère d'Oliver. A cette occasion, la scène s'ètait déplacée à l'aula de l'EINEV (Ecole d'Ingénieurs de l'Etat de Vaud). Pour une soirée où l'on a retrouvé un Irving Stokes, au style toujours aussi aérien et élégant, faisant preuve d'un régularité impressionnante à chacune de ses apparitions, un Arnett Cobb, qui éprouve de plus en plus de peine à se déplacer avec ses deux cannes mais, dès qu'il se met à souffler, retrouve une vigueur, un dynamisme et un plaisir à jouer, avec cette superbe sonorité, qui ont fait la joie des auditeurs, accourus de toute la Suisse romande. La rythmique, quant à elle, était peut-être d'un niveau un peu inférieur à celles que l'on avait pu applaudir auparavant. Mais, poussée par cet animateur hors-pair qu'est Oliver Jackson, elle a fort bien joué son rôle dans ce concert intéressant, ponctué de moments enthousiasmants. Claude Black s'est fait remarquer comme le digne continuateur de ces accompagnateurs remarquables que sont les Hank Jones, et autres Tommy Flanagan. Quant à Ali Jackson, 52 ans, dont c'était la première tournée en Europe, il s'est montré un pilier sûr, épaulant de son mieux ce maître des tambours qu'est son frère.


Concert

Yverdon, le 3 mars 1984

Sammy Rimington New Orleans Orchestra

with John Marks, p - Jürgen Rohrberg, bj - Bryan Turnock, g - Didier Geers, dm


Sammy Rimington

Pour cette nouvelle organisation de Jazz in Yverdon, la petite salle du Théâtre de l'Echandole accueillait un clarinettiste peu connu des amateurs du Nord vaudois, SAMMY RIMINGTON. Né en 1942, en Angleterre, ce musicien a fait partie de l'orchestre de Ken Colyer, avant de décider de s'exiler à La Nouvelle-Orléans, où il a pu côtoyer et enregistrer avec les grands noms encore en activité: George Lewis, Jim Robinson, Kid Thomas Valentine, Louis Nelson et autres Louis Barbarin. Un séjour qui lui a été bénéfique, puisqu'il a repris le flambeau de George Lewis, dont il a assimilé le style à la perfection. On n'entend plus beaucoup de clarinettistes aussi swinguants de nos jours! A l'alto, c'est plutôt de Captain John Handy, dont il est l'héritier. Avec une verve et un "drive" réjouissants. Tout cela pour une soirée fort sympathique qui a réuni JON MARKS au piano, un des accompagnateurs les plus appréciés en Europe, JURGEN ROHRBERG au banjo, BRIAN TURNOCK à la basse et DIDIER GEERS à la batterie, un trio rythmique international fort efficace. Le public de la petite cave, qui n'avait pas craint d'affronter la neige pour se déplacer, ne s'y est pas trompé d'ailleurs, en réservant un accueil enthousiaste à cet excellent orchestre, emmené par un leader aux talents multiples, puisqu'ils se manifestent aussi bien à la clarinette, à l'alto, à la flûte, voire même à la scie musicale!


Concert

Yverdon, le 15 août 1984

Loys Choquart, clarinette - Irakli, trompette

with

Daniel Thomi, tb - Jean-Loup Muller, p - Gilbert Racine, b - Georges Bernasconi, dr

Loy Choquart Alt .Irakli Alt

Par cette belle soirée d'été, c'est dans la cour du Château d'Yverdon que les amateurs s'étaient donnés rendez-vous pour accueillir la venue du Loys Choquart All-Stars Band . L'élégant clarinettiste et saxophoniste genevois avait amené avec lui une formation qui avait fort belle allure. Elle comprenait le plus fidèle disciple de Louis Armstrong , IRAKLI de Davrichewy, à la trompette, qui n'a jamais été aussi proche de son maître, et le toujours très régulier DANIEL THOMI au trombone. Du côté rythmique, c'était vraiment du solide avec le remuant JEAN-LOUP MULLER au piano, très Earl Hines pour la circonstance, le pilier très sûr qu'est GILBERT RACINE à la contrebasse, et ce formidable moteur qu'est le batteur GEORGES BERNASCONI, toujours prêt à relancer la machine derrière ses tambours. La première partie, entièrement basée sur le répertoire du Roi du Jazz valut bien des moments réjouissants. L'interprétation du "New Orleans Function", évocation d'un enterrement noir à La Nouvelle-Orléans que l'on n'a plus guère le loisir d'entendre de nos jours fut fort bien enlevée. Entre autres, car il y eut d'autres morceaux impeccablement exécutés. Et puis, que s'est-il passé à la pause? Toujours est-il que l'orchestre refit son apparition en ayant l'impression d'avoir quelque peu perdu ses marques. Dans les "spécialités", Jean-Loup Muller effectua une remarquable démonstration de stride sur "Honeysuckle Rose". Daniel Thomi, pour sa part, se révéla fort lyrique dans son "Stardust". Irakli est resté fidèle à lui-même, toujours impeccable. Mais, comment Loys Choquart ne s'est-il pas aperçu qu'il n'était plus du tout accordé avec ses collègues. Et que ses interventions à la clarinette n'étaient plus qu'à la limite de la justesse. Certes, son solo d'alto sur "These Foolish Things" compensa quelque peu cette désagréable impression. Mais... Heureusement que le trio des rythmes, lui, restait très soudé et faisait preuve d'un professionnalisme exemplaire. Pour sa dernière apparition sous l'égide de Jazz in Yverdon, Loys Choquart (qui devait décéder cinq ans plus tard, le 10 décembre 1989) n'aura donc pas laissé un souvenir impérissable. Dommage, car la soirée avait pourtant bien commencé...


Concert

Yverdon 25 octobre 1984

Oliver Jackson Quintet

with

Oliver Jackson, dm - Norris Turney, as - Irving Stokes, tp - Claude Black, p - Ali Jackson, b
Claude Black Inving Stokes O. Jackson Ali Jackson Norris Turney

Le 26 avril 1984, âgé de 80 ans, Monsieur le Comte, William "Count" Basie, fermait définitivement son piano. Un concert, dédié à sa mémoire, figurait à l'affiche de Jazz in Yverdon le 25 octobre de la même année. Il réunissait à cette occasion OLIVER JACKSON, fidèle parmi les fidèles de la scène du Théâtre de la capitale du Nord vaudois, qui avait emmené avec lui IRVING STOKES à la trompette, NORRIS TURNEY au saxophone alto, ALI JACKSON à la basse et CLAUDE BLACK au piano. En fait, il faut avouer que ce ne fut pas une rencontre exceptionnelle. L'ensemble manquait visiblement de cohésion et de mise au point. Etant donné qu'il était au début de sa tournée, l'absence de répétition et de mise en place se faisait nettement sentir. De plus, reprendre des thèmes enregistrés à l'époque par de véritables masses sonores, telles que Basie ou Ellington en possédaient, sonnaient un peu "plat" avec seulement deux souffleurs. Irving Stokes, au jeu puissant et très élégant lorsqu'il utilise la sourdine, Norris Turney, superbe altiste au style lyrique dans la lignée de Johnny Hodges se sont donnés au maximum pour animer cette soirée et faire monter la tension chez les spectateurs. Mais, cela n'était guère chose facile. Du côté rythmique, Oliver Jackson demeure le solide pilier que l'on apprécie, son frère Ali a fait de son mieux pour mériter la confiance et l'appui de son frère, alors que Claude Black a étonné par sa justesse et ses interventions délicates au cours de cette soirée suivie par un public fort mitigé... On le comprend!



Alt Armstrong